Accueil  Nouvelles  Nos Vidéos Livre d'or Le club Tarifs Hébergement Fonctionnement Contacts Nos Photos Facebook Accès
Les épaves - Le Michel C

Le Michel C

carte-var-ouest.gif

Localisation :

  

43°00’72’’ N – 06°08’47’’ E
A environ 500 au sud, Sud-Est du Phare de l’Ile du Grand Ribaud

Type épave/site
Profondeur minimum
Profondeur maximum

Vapeur de cabotage
32 mètres
39 mètres
Difficulté de la plongée s.gifs.gifs.gifs2.gifs2.gif
Intérêt faune et flore s.gifs.gifs2.gifs2.gifs2.gif
Intérêt épave/site s.gifs.gifs2.gifs2.gifs2.gif

 

Historique de l'épave :

Le Correo de Cette, premier nom du Michel C, fut construit en 1866 par les chantiers Renfrew à Belfast (Irlande) et appartenait alors à l’Armement Sala. Il mesurait 39,25 m de long sur 5,75 m de large pour une jauge de 285 tonneaux.

Vendu à la Compagnie Rimbaud en 1894, puis à Busk en 1897, il devient la propriété de la Compagnie Castaldi en 1899. C’est à cette occasion qu’on le remet à neuf et qu’on le dote de deux hélices, fait rare pour l’époque.

Le 26 novembre durant la nuit, le Michel C fait route vers Cannes par un temps brumeux. Il transporte de la bière et de la farine. L’Amphion C, qui appartient à la même compagnie, fait route en direction de Toulon. Les deux navires ne se voient pas, et l’Amphion C aborde le Michel C tuant un mécanicien. Les 11 hommes d’équipage n’ont que le temps de monter à bord de l’Amphion avant de voir leur navire sombrer.

Il est à noter que c’était la deuxième fois que le Michel C coule. La première ayant eu lieu à Sète où il avait alors été renfloué. Ce ne fut pas le seul navire de la Compagnie Castaldi puisque le Louis C coula 5 fois en un demi-siècle et l’Anaïs C fut coulé à Marseille.

michelc-schema.gif
Schéma : Urs Brunner
 

Description :

Le Michel C a coulé sur bâbord au sommet d’une roche, à environ 100 m d’une autre épave le Ville De Grasse. L’épave n’est pas très grande et très abîmée. Une plongée est suffisante pour en faire le tour, d’autant que la profondeur n’est pas très importante. La partie la mieux conservée est la proue située à 39 m, où l’on peut encore admirer les treuils, ancres et grues de Capon. L'intérieur de la proue est, comme pour le Spahis, facilement accessible.

La partie centrale du navire est affaissée et abîmée. Seules les machines sont encore reconnaissables. La poupe à 32 m quant à elle est presque détruite. Il en subsiste seulement l’arbre d’hélice, hélice avec une pale seulement, et l’olive du gouvernail. Le deuxième arbre n’est pas visible. Le pont arrière repose à quelques mètres sur le sable.

Faune et flore :

Sur la proue un énorme homard est caché dans les tôles. On retrouve les congres, amateurs de trous, sur la proue et au centre de l’épave vers la partie machine. De nombreuses murènes se cachent dans les multiples cachettes qu’offre le Michel C. Un Mérou se trouve parfois sur la proue. En regardant dans le bleu on peut apercevoir des bancs de loups et de mulets. A l’inverse d’autres épaves de cette même côte, le Michel C n’est pas colonisé par les gorgones. Par contre tout autour de l’épave existe de somptueuses failles et tombants qui eux en sont couverts.
 

 

Retour à la carte des épaves

>


Date de création : 20/02/2008 - 11:06
Dernière modification : 01/07/2013 - 18:14
Catégorie :
Page lue 16967 fois

up Haut up

Responsable : Jérôme Boutié

 Brevet d'Etat plongée sous marine
Skipper capacitaire Marine Marchande. 

Webmaster : Sylvain Huré

Mentions Légales


Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL
Document généré en 0.06 seconde